L'histoire de la musique électroacoustique.

 

        La musique électroacoustique est apparue dès le début du 20ème siècle sous forme de musique expérimentale.On peut même affirmer que la musique électroacoustique est née de la découverte de l'électricité , source d'énergie dont les dinosaures du son se sont nourris.

 

        De plus , la facture électroacoustique s'est développée parallèlement au développement de l'informatique qui en deviendra plus tard l'une des composantes essentielles.

 

        Aujourd'hui , la musique électroacoustique représente 75% du paysage musical de l'homme toutes sources de diffusion confondues , ce qui montre bien la démocratisation de ce type de musique malgré la réticence de certains compositeurs , face à son aspect expérimental.

 

        Néanmoins la musique électroacoustique ne serait jamais devenue ce qu'elle est maintenant sans ces pionniers que sont Maurice Martenot ou Pierre Schaeffer , qui ont entrepris les premiers travaux sur ce qui était présenté à l'époque comme une forme de décadence de la musique.

 

        Il est intéressant de signaler que la France a joué un rôle essentiel dans l'avènement de la musique électroacoustique et dans le développement de sa facture instrumentale avant les Etats-Unis.

 

        Aussi est-il bon d'examiner dans un premier temps la naissance de la musique électroacoustique puis dans un second temps , son avènement.

 

1)Naissance de la musique électroacoustique(1897-1948):

        On peut considérer que l'ancêtre des premiers instruments électroacoustiques donc du synthétiseur était le Telharmonium , instrument qui résultait des travaux entrepris par Thaddeus Cahill , canadien , jusqu'en 1897 , ce qui était pour l'époque une véritable révolution car l'électronique n'existait pas.Malheureusement , le Telharmonium n'a pas inspiré les compositeurs , du fait de son trop grand encombrement et du bruit qu'il produisait.En effet , il fallait enfermer l'instrument dans une pièce différente de celle où se trouvaient les hauts-parleurs , du fait du bruit produit par les moteurs de l'instrument!Toutefois , le Telharmonium était polyphonique.

 

        En 1904 , la diode et la triode sont inventées.C'est le début de l'électronique.Ces découvertes vont influencer le russe Léon Théremin , qui conçoit en 1920 le Theremin ou Thereminvox.Cet instrument n'est en réalité qu'une boîte avec deux antennes.Le musicien ne touche jamais l'instrument et se contente de bouger les mains à proximité des deux antennes pour produire toute la gamme des sons audibles.Cette fois , le Theremin est monophonique , mais il est encore produit en série aujourd'hui!

 

Le Thereminvox ou Theremin:
Thereminvox.bmp (74854 octets) Le Thereminvox utilise deux oscillateurs délivrant de très hautes fréquences , trop élevées pour être audibles , l'une fixe et l'autre variable.L'interférence entre les deux fréquences produit une résultante dans la gamme des sons audibles.Le contrôle de l'instrument est assuré par deux antennes.Pour augmenter ou diminuer le volume sonore , il suffit d'approcher ou d'éloigner la main de l'antenne d'amplitude , en forme de boucle , placée sur le côté de l'instrument.Pour faire varier la hauteur de la note , la main est déplacée parallélement à une antenne de fréquence rectiligne , laquelle est perpendiculaire à l'antenne d'amplitude.

 

        En 1928 , Maurice Martenot , ingénieur français invente les Ondes Martenot , instrument doté d'un clavier type piano et d'un anneau qui permet d'obtenir des effets comme le vibrato ou le portamento.De plus , il est possible de changer la hauteur des notes et de modifier le timbre du son grâce aux filtres.Les Ondes Martenot , ont connu un énorme succès auprès des musiciens et surtout des compositeurs tels Boulez , Berio , Milhaud , Honneger , Jolivet , Varese , Messian parce que cet instrument est plus facilement transportable.Il est à noter que le Conservatoire National Supérieur De Musique de Paris possède une classe d'Ondes Martenot , seul instrument électroacoustique qu'il ait , jusqu'à ce jour , reconnu.

 

Les Ondes Martenot:
Ondes Martenot.bmp (93762 octets) Les Ondes Martenot se composent d'un clavier de type piano et d'une cordelette sur laquelle est fixé un onglet qui permet de faire varier la hauteur du son.Il est possible de changer la tonalité du son produit à l'aide d'une section de filtrage.
Haut-Parleur 1.gif (7211 octets) Edgar Varèse , "Ecuatorial".

 

        Joseph Givelet et Edouard Coupleux présentent en 1929 à l'exposition de Paris , un orgue baptisé "Automatically Operating Musical Instrument Of The Electric Oscillation Type" ou Givelet-Coupleux.

 

L'orgue Givelet-Coupleux:
Givelet-Coupleux.bmp (169002 octets) Un papier perforé y contrôle 4 voix , comme dans un piano mécanique.Mais , on peut aussi , sur chaque voix , régler la modulation pour obtenir un trémolo et changer les timbres grâce à des filtres.

 

        En 1930 , le docteur Friedriech Trautwein consacre deux années à la fabrication d'un prototype , appelé Trautonium.Le compositeur Oskar Sala modernisera l'instrument en le rendant polyphonique , dans une nouvelle version , le Mixturtrautonium.

 

Le Trautonium et le Mixturtrautonium:
Mixturtrautonium.bmp (114102 octets) Le Trautonium utilise un bout de fil de fer tendu sur un rail de métal.En pressant le fil sur le rail à certains endroits marqués , un circuit électrique est produit , faisant alors osciller à une fréquence spécifique un tube néon ou une lampe.
Haut-Parleur 1.gif (7211 octets) Oskar Sala , "Les Oiseaux".

 

        En 1935 , Laurens Hammond conçoit l'orgue Hammond.Ce n'est pas un synthétiseur mais c'est le premier instrument qui a permis à la musique électroacoustique de toucher le grand public.

 

2)L'avènement de la musique électroacoustique(1948-2000):

       La musique électroacoustique s'est démocratisée grâce à la découverte de nouvelles sources sonores et au perfectionnement de la facture instrumentale.

      

        Ainsi , Pierre Schaeffer , ingénieur du son français de l'O.R.T.F , découvre par hasard la musique concrète.C'est en diffusant un disque défectueux dont le motif se répétait indéfiniment que Pierre Schaeffer découvrit , en 1948 , les prémices de la synthèse moderne.Il fondera en 1951 le Groupe de Recherches Musicales de l'O.R.T.F.

      

        Dans la même période , Stockhausen créera les studios expérimentaux de la Westdeutsche Rundfunk à Cologne.

      

        A la fin des années 1950 , le Mellotron fait son apparition.Il s'agit de l'ancêtre des échantillonneurs actuels.On peut y enregistrer sur bande magnétique n'importe quel son , puis le jouer.Il sera utilisé par Jean-Michel Jarre ,Michel Polnareff ou Génésis , malgré son prix excessif.

 

Le Mellotron:
Mellotron.gif (8343 octets) A chaque touche du clavier correspondent une bande magnétique préenregistrée et une tête de lecture.L'ensemble des bandes est montée sur rack , si bien que l'on peut changer le son de l'instrument.L'appui sur l'une des touches du clavier , déclenche la lecture de la bande qui lui est associée.
Haut-Parleur 1.gif (7211 octets) Tangerine Dream , "Rubycon".

 

        L'ère commerciale de la synthèse sonore débutera avec l'américain Robert Moog qui construira en série le premier véritable synthétiseur , le Moog System 1 en 1967.Il dominera le marché mondial jusqu'en 1970 , date à laquelle il entre en concurrence avec ARP , qui sort la même année l'ARP 2500 puis l'ARP 2600.C'est la révolution!Tous les musiciens se ruent sur les synthétiseurs.

      

        La firme anglaise EMS se lance elle aussi dans la construction de synthétiseurs.Ainsi , sort-elle en 1969 , le Synthi  VCS 3 conçu par le fondateur de la marque , Peter Zinovieff.

 

L'EMS Synthi VCS 3:
EMS VCS 3.gif (13365 octets) Regroupant dans un boîtier compact , tous les modules nécessaires à la synthèse sonore , il offrait un encombrement nettement moindre que celui des gros modulaires produits par ses concurrents.Les différents modules se connectaient entre eux grâce à une matrice recevant de petites fiches destinées à relier les sources et les modulations.
Haut-Parleur 1.gif (7211 octets) Jean-Michel Jarre , "Oxygène 2".

 

        Les années 1970 seront marquées par la fondation de nombreuses sociétés , fabricantes de synthétiseurs.On remarquera Korg et son Minikorg en 1973 , E-MU et son Modular ainsi qu' Oberheim et son Modulaire en 1975.Yamaha et Roland entreront dans la compétition en 1977 avec les CS 30 et System 100.

 

        Quant à Robert Moog , il crée une nouvelle fois l'événement avec la commercialisation de son Minimoog , premier synthétiseur non modulaire.Même si les ventes tardèrent à grimper , le succès de ce synthétiseur fut incontestable.

 

Le Moog Minimoog:
Minimoog.gif (15272 octets) Les connexions entre les différents modules du synthétiseur sont précâblées et ne peuvent-être modifiées.Les oscillateurs ne sont pas stables et se désaccordent régulièrement.Or l'empilage de plusieurs signaux presque identiques mais légèrement désaccordés peut donner un effet de chorus au son final.
Haut-Parleur 1.gif (7211 octets) Jean-Michel Jarre , "Equinoxe 7".

 

        En 1979 , la firme australienne Fairlight commercialise le Fairlight CMI qui devient le synthétiseur le plus cher du monde.Il coûtait 600000 Francs et n'a été vendu qu'à 10 exemplaires en France ,dont celui de Jean-Michel Jarre.C'est la première alliance informatique/musique.

      

        Il faudra attendre l'Emulator d'EMU en 1981 , pour que l'échantillonnage informatique se démocratise.

      

        Les années 1980 marquent la fin des synthétiseurs analogiques.Ils resteront cependant des pièces très recherchées à cause de leur grain si particulier.Un synthétiseur Vintage peut s'échanger à plusieurs dizaines de milliers de Francs!

      

        En 1980 , sous la pression du NAMM , les constructeurs se réunissent et établissent un standard dans la communication entre synthétiseurs.C'est le M.I.D.I.

      

        Adieu les synthétiseurs Vintage , bonjour le numérique.Les quelques marques qui ont survécu à la compétition des années 1970 comme Yamaha , Korg et Roland vont commercialiser les premiers synthétiseurs numériques.En 1983 , Yamaha sort un mythe de la synthèse sonore , le DX 7 en réponse au Juno 6 de Roland et du Polysix de Korg , sortis en 1982.D'autres marques plus marginales feront leur apparition , comme Sequential Circuits , Cavagnolo , Kurzweil , Casio , Akai , Ensoniq.

      

        Les japonais apprennent vite , très vite , trop vite , à tel point que la majorité des fabricants européens mettront la clef sous la porte.Néanmoins , ils auront apporté une grande variété de synthèses.

      

        Les années 1990 voient le rapprochement de la musique électroacoustique et de l'informatique.On peut désormais connecter un P.C à un synthétiseur!A la surprise générale , on revient à l'analogique.Des firmes comme Roland , Yamaha , Korg , Clavia , Quasimidi , Waldorf commercialisent des synthétiseurs semi-analogiques.La simplicité d'utilisation de l'analogique alliée à la puissance du numérique:le rêve!

      

        Ainsi , Waldorf sort le coûteux Wave en 1992 , Clavia , le Nordlead , Korg , le Prophecy , Quasimidi , le Raven en 1995 , Roland l'excellent JP-8000 et Yamaha l'AN-1X en 1997.

      

        Enfin , le troisième millénaire verra l'apparition de l'intelligence virtuelle et des premiers synthétiseurs multi-fonctions.

 

Bannières.    Ajouter Aux Favoris.     Recommander Ce Site.    Partenaires.    

Suivant_7.gif (13558 octets)