La musique intuitive.

 

       La musique a toujours donné lieu à des interprétations plus ou moins proches , à des approches plus ou moins controversées.Il apparaît inéluctable que le musicien , qu’il soit interprète , compositeur , chef d’orchestre , et même ingénieur du son , s’inscrive dans un débat qui ne pourrait être en fait qu’un débat doctrinal.

       Néanmoins , c’est en discutant , en contestant la doctrine existante que l’on peut faire avancer la musique et ce quel que soit son style , classique , électroacoustique…Cette démarche qui pourrait être considérée comme inutile voir dépourvue d’enjeux chez certains mélomanes n’est en réalité qu’une des conditions sine qua non de la création artistique.

       Il est évident que la théorie de la musique intuitive ne cherche pas à s’imposer aux musiciens , encore moins aux compositeurs et plus largement aux créateurs du monde artistique , même si l’on a cherché à imposer pendant plusieurs siècles une doctrine que l’on pourrait qualifier de classique voir de dépassée puisque la musique électroacoustique s’est considérablement développée depuis 50 ans.

       Or , la musique électroacoustique de par les instruments particuliers qu’elle requièrt , ne peut plus se contenter , pour évoluer , de méthodes d’écriture ancestrales.

       La théorie de la musique intuitive se fonde sur une démarche philosophique mais aussi musicale afin de répondre aux besoins de ses compositeurs , grands utilisateurs de synthétiseurs , de sampleurs , et d’autres instruments originaux.

 

1)Une démarche philosophique :

      La théorie de la musique intuitive se veut réformatrice dans la mesure où elle se fonde sur un raisonnement avant tout philosophique.La musique est un art tout comme la peinture ou le théâtre.Cela signifie donc que le compositeur ou plus généralement le créateur part d'un contexte concret pour créer l'absrait.Par exemple , un compositeur peut s’inspirer de l’ambiance que dégage un lieu déterminé , lieu qui lui existe véritablement , pour écrire un morceau de musique et par delà faire ressentir des sentiments , ses sentiments à l’auditeur.Ainsi , l’art ne se codifie pas;la musique , la peinture , le théâtre ne doivent pas être orientés vers une codification inutile et qui possède le désagréable inconvénient de limiter le potentiel créatif.En effet , toute codification limite la volonté de l’individu soumis à cette dernière.On peut imaginer combien cela peut-être frustrant pour le créateur d’être limité , par des barrières théoriques qui lui ôtent toute la spontanéité et l'originalité , nécessaires au compositeur.Il ne pourra donc pas transmettre la totalité des sentiments et des impressions qu’il peut éprouver s'il est prisonnier d'un carcan formaliste.En poussant ce raisonnement à l’extrême on peut affirmer que , privé de la faculté de transmettre ses sentiments , le créateur cesse d’exister en tant que tel et ceci risque à terme de tuer toute créativité.La finalité d’un artiste n’est-elle pas de faire éprouver à son public des émotions ?Et celle d'une codification n'est-elle pas de limiter les libertés dans quelque domaine que ce soit ?

 

2)Une démarche musicale:

       La théorie de la musique intuitive peut également trouver ses origines dans l'art lui-même et donc dans la musique.En effet , la musique intuitive remet en cause toute la doctrine musicale dite classique en réfléchissant sur le rôle qu'ont encore à jouer l'harmonie , le contrepoint , ou la fugue dans ce que l'on pourrait qualifier d'écriture contemporaine au sens large.

       Ces trois notions ne sont en réalité que des codifications musicales poussées à l'extrême et aujourd'hui dépassées mais que les théoriciens classiques refusent d'abandonner.Pourquoi alors faire évoluer la musique par des styles musicaux plutôt que par l'écriture comme le font Boulez ou Stockhausen ?C'est tout-à-fait contradictoire dans la mesure où la volonté de créer un style passe nécessairement par la remise en cause de l'écriture traditionnelle voir même par son abandon !

       De plus ,la musique comporte maintenant deux branches depuis 1945:la musique acoustique avec les instruments accoustiques tels le piccolo , la flûte traversière , la trompette , ou le violon et la musique électroacoustique avec des instruments comme le synthétiseur , la harpe laser , les échantillonneurs , les ordinateurs…En conséquence , les instruments électroacoustiques ne supportent pas les codifications imposées par la doctrine classique.En effet , un instrument tel que le synthétiseur nécessite une phase de programmation plus ou moins longue selon la complexité de l'instrument , ce qui signifie donc que l'on peut écrire une partition selon la programmation du synthétiseur et non pas l'inverse , chaque instrument de musique possèdant un jeu qui lui est propre.C'est pour cela que l'on n'utilise pas la même technique , au sens du jeu instrumental , pour une flûte traversière ou pour un synthétiseur car les capacités des différents instruments sont inégales.Il en résulte que c'est à l'écriture de s'adapter aux instruments et non pas l'inverse.Il en résulte alors que la démarche créatrice se trouve inversée.On programme l'instrument selon l'ambiance que l'on veut établir en fonction des sentiments que l'on veut transmettre puis on cherche les thèmes , séquences et autres lignes de basse avant d'entamer l'écriture du morceau.Autrement dit , on conçoit d'abord la pièce avant de l'écrire.

       En conclusion , la musique intuitive apporte une liberté sans limite à l'inspiration créatrice de l'artiste.En outre , la musique intuitive entretient une relation des plus étroites avec la musique électroacoustique dans la mesure où celle-ci demande une grande souplesse dans l'écriture et le jeu instrumental.

       Il apparaît donc évident que la musique intuitive , entendue au sens doctrinal du terme , trouvera une illustration parfaite dans la musique planante.

 

Bannières.    Ajouter Aux Favoris.     Recommander Ce Site.    Partenaires.    

Précédent 7.gif (13690 octets) Suivant 7.gif (13558 octets)